Articles parus dans le magazine Mieux-Être/Conseil Santé

Biodanza: dansez la vie avec intensité!

Par Marie-Josée Richard

Bio=la vie! (Image: Dreamstime)

Bio fait référence à la vie et danza, à l’expression par le mouvement. Ensemble, ces deux mots forment la biodanza, qui signifie littéralement, la danse de la vie. Ici, aucune chorégraphie, aucun pas imposé. Pas besoin d’être de nature sportive, ni d’avoir déjà suivi des cours de danse. Chacun est invité à laisser libre cours aux gestes qui traduisent le mieux ses émotions. Le but? Retrouver sa joie de vivre, sa spontanéité et son âme d’enfant! Comment? Grâce à un ingrédient magique, nommé la vivencia

On appelle vivencia, ce moment d’une rare intensité, où le temps n’existe pas. On est alors entièrement absorbé par le moment présent, dans l’ici et maintenant. Par des rondes, des exercices, des étreintes, des danses et des musiques enivrantes, on arrive à cet état de grâce, où l’on peut vraiment se connecter à soi. Ici, le silence est d’or. C’est donc à travers le langage universel qu’est le regard que vous allez communiquer avec vos semblables. Sans un mot, et non sans joie, vous êtes invité dès le début à prendre la main de votre voisin et à former un grand cercle. Puis, la musique se fait entendre, que la fête de la vie commence!

Aux origines de la biodanza

«La véritable sagesse, c’est de savoir vivre» disait le fondateur de cette approche, Rolando Toro Araneda, aujourd’hui âgé de 84 ans. Dans les années 60, ce Chilien aux intérêts éclectiques, à la fois psychologue et anthropologue, poète et musicien, a mis sur pied cette éducation biocentrique, selon laquelle la vie a préséance sur tout. Il a identifié cinq domaines fondamentaux permettant le développement humain: la vitalité, la sexualité, l’affectivité, la créativité et la transcendance (l’humain dans l’univers). C’est en expérimentant ces différentes facettes puis en les intégrant dans nos vies que l’on peut alors se rapprocher de notre pleine potentialité. Autrement dit, son approche veut faire de nous des êtres plus complets!

Image: Dreamstime

Do, ré, mi, fa, sol… la musique!

La musique revêt un caractère sacré en biodanse. Elle a le pouvoir de s’adresser à votre subconscient et de vous révéler des émotions insoupçonnées. Que vous dansiez sur «I want to break free» du groupe Queen, sur « Alegria » du Cirque du Soleil ou encore sur des pièces classiques, swing ou jazz, une chose est certaine, elle a été judicieusement choisie afin de vous faire vivre des vivencias plus savoureuses les unes que les autres.

Un nid douillet, pour expérimenter qui on est!

Bien que tout semble s’enchaîner naturellement, la séance a été rigoureusement planifiée par le facilitateur. En effet, on ne parle pas de professeur ni de thérapeute en biodanse. Dorotéa Pok, l’une des premières facilitatrices à avoir été titularisée au Québec, indique que son rôle est avant tout de mettre en place un contexte favorable à l’ouverture, où il sera facile de se déployer.

Le facilitateur travaille donc à créer un climat à la fois sécuritaire, permissif et accueillant au sein du groupe. «L’espace devient alors un véritable terrain de jeu, une sorte de laboratoire d’exploration servant à s’approprier de nouvelles façons d’être» estime Maira Martinez, aussi facilitatrice titulaire. C’est à travers le regard d’autrui que l’on peut découvrir son identité, c’est pourquoi les séances de biodanza ne se déroulent qu’en groupe.

Ce que la biodanse n’est pas…

Contrairement à ce que certains pourraient penser, la biodanza n’est pas de la danse thérapie. «En biodanse, les gens ne sont ni leur maladie, leurs problèmes, ni leur statut social. Ils sont ce qu’ils sont, simplement. » explique Dorotéa Pok. «On n’a alors pas à prouver quoi que ce soit aux gens qui nous entourent. Ceci procure un sentiment de grande liberté» poursuit-elle. Il faut comprendre que la biodanza s’adresse avant tout à la part saine, vivante et vibrante inhérente à chaque être vivant. Conséquence? «Les expériences positives se multiplient; elles viennent allumer en chacun de petites bougies, qui, peu à peu, vont éclairer tout ce qui les entoure.» explique-t-elle. C’est alors que la transformation devient possible…

Danser la vie au Québec

Il y a entre 150 à 200 élèves répartis dans les villes Montréal, Québec, Sherbrooke, Bromont, Trois-Rivières, Gatineau, Laval, Boisbriand et Val-David, qui dansent la vie durant deux heures et demi à chaque semaine. Bien qu’il n’y ait que deux facilitateurs titulaires au Québec à l’heure d’écrire ces lignes, 17 sont sur le point de recevoir leur certification et 28 autres sont rendus à mi-chemin dans leur formation de trois ans. C’est donc dire que la biodanza est en train de se répandre comme une traînée de poudre dans la Belle-Province!

Informez-vous, plusieurs séances «Découverte» ont lieu à chaque mois. Une chose est certaine, si vous vous lancez, mettez votre intellect de côté et surtout, laissez votre instinct vous guider!

Pour « biodanser » à Montréal: Biodanza Montréal (514) 240-6033. Et surtout, bonne biodanse!

Des citations pleines de bon sens:

1) «La biodanza invite à une rééducation affective. Le climat d’affectivité des séances constitue le nutriment grâce auquel chaque participant va pouvoir développer sa potentialité». Bruno Ribant, psychologue, professeur de yoga et facilitateur de biodanza, dans son livre La vie au centre.

2) «La vie est mouvement. Réhabiliter un mouvement plein de sens, c’est favoriser la connection immédiate à la vie». Rolando Toro Araneda, fondateur de la biodanza

3) «Avec la biodanza, on devient de fervents défenseurs de la vie. Ça n’est pas tant l’idéologie derrière l’écologie; c’est plutôt un rapport d’amour et de respect avec ce qui nous entoure. » Yves Léger, facilitateur de biodanza dans la région de Sherbrooke.

Références :

RIBANT, Bruno. La vie au centre: pour une culture biocentrique, Éditions Imprimix, Nice, 2003, 175 pages.

ROULIN, Paula. Biodanza, sistema Rolando Toro: La danse de la vie, aux Éditions Recto-Verseau, Collection Ma Santé au Quotidien, Genève, 2000, 92 pages.

TORO ARANEDA, Rolando. L’homme qui parle avec les roses, 2005, 118 pages.

+++

Première parution de cet article dans le magazine Mieux-Être. Toute reproduction interdite sans la permission écrite de Marie-Josée Richard.

Publicités

Une réflexion sur “Biodanza: dansez la vie avec intensité!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s