MJ à la radio

Le Tuvalu: Derrière son décor idyllique, une dure réalité économique

Image: Dreamstime

On a surtout entendu parler du Tuvalu dans le cadre du Sommet sur les changements climatiques, tenu à Copenhague en décembre dernier.

Ce minuscule pays, qui abrite un peu plus de 12 000 habitants, est le deuxième pays le moins peuplé derrière le Vatican et le moins populeux de tout l’Océanie. Il pourrait bien être le premier archipel à disparaître en raison de la montée des océans, résultat du réchauffement climatique. Vers 2050, c’est là que l’on pourrait compter les premiers réfugiés environnementaux de la planète, statut pourtant encore non reconnu par l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Le Tuvalu, c’est un regroupement de neuf atolls coralliens, soit Funafuti, Nanumea, Nanumaga, Niutao, Nui, Niulakita, Nukufetau, Nukulaelae et Vaitupu. Situé dans le milieu du Pacifique, aux larges des eaux australiennes, cet archipel couvre une surface totale de 26 km carrés. Parmi ses voisins plus connus, la Nouvelle-Calédonie ainsi que les les îles Salomon, Fiji et Samoa.

Vaiaku, le village principal, sur l’atoll de Funafuti se trouve sur l’îlot de Fongafale, qui fait 12 kilomètres de long. L’endroit le plus large de l’île, abritant la piste d’aéroport, avoisine les 400 mètres. Disons qu’on en a vite fait le tour…

De quoi vit-on au Tuvalu?

Image: Dreamstime

Le Tuvalu s’en tire grâce à la production de coprah (fibre de la noix de coco permettant la fabrication d’une huile, bonne comme combustible industriel), du commerce de timbres, de la vente de sites de domaines se terminant en .tv, de la vente de quotas de pêche à des flottes japonaises et américaines. De nombreux résidents de l’île travaillent aussi dans l’industrie du phosphate, sur une île voisine, Nauru. Bien des Tuvaluans dépendraient cependant des maigres recettes provenant de l’artisanat, de la pêche locale et de l’agriculture de subsistance. En effet, 70% des activités de la population ferait partie de l’économie informelle du pays.

.tv? Le .ca est aux Canadiens, ce que le .br est aux Brésiliens. Le .tv est le nom de domaine réservé aux Tuvaluans. Toutefois, en 2000, le gouvernement du Tuvalu a décidé de confié la gestion et la vente de noms de domaines se terminant à .tv à une entité nommée dotTV, en échange de 50 millions de dollars pour 12 ans. En effet, c’est que bien des compagnies audiovisuelles et des sites pornographiques ailleurs sur la planète sont prêts à payer bien cher pour pouvoir se munir d’une telle finale dans leur adresse url. Voici qui a créé bien de remous, cet argent étant considéré comme impur par une vaste majorité de la population, à 97% catholique. Cependant, ces recettes représentent tout de même 10% du budget de l’état, montant surtout utilisé pour la construction de routes.

Et l’industrie du tourisme dans tout cela?

À cause de son éloignement et des frais élevés de transport qui en découlent, l’archipel compte seulement une poignée de touristes chaque année. On préfère alors les îles Fiji ou les îles Marshall. La plupart des visiteurs venant au Tuvalu se rendent à Funafuti, l’atoll le plus peuplé du pays. Parmi eux: des politiciens ou des représentants de différents gouvernements, des travailleurs sociaux, des consultants, des écologistes ou des coopérants humanitaires.

+++

Pour en savoir plus sur le Tuvalu à Copenhague, lisez ces articles parus dans Le Monde, dans Le Courrier international, dans ParisMatch.

+++

Le Tuvalu: Derrière son décor idyllique, une dure réalité économique, tel était le sujet de ma chronique à Terre des Hommes, lundi le 22 mars 2010, entre 9h et 10h, sur les ondes de 101,5 FM .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s