Articles sur MSN.ca/Vie à deux-conseils sur le couple

Rompre dans l’harmonie, c’est possible!

Image: Dreamstime

Une séparation n’a pas à se dérouler dans les cris et les pleurs. Bien qu’il s’agisse d’une période pénible, on peut la vivre en douceur. Si des enfants sont dans le décor, raison de plus pour se comporter de manière civilisée. Voici quelques astuces pour favoriser la bonne entente.

Tourner la page sans attendre

D’emblée, le psychologue Luc Lachance indique que le couple doit être bien certain d’avoir tout essayé avant de rompre : « Je pars du fait qu’une relation, c’est très précieux. Il est difficile de rencontrer quelqu’un que l’on aime, avec qui l’on partage une belle complicité. Mais si on sent qu’on est allé jusqu’au bout, il vaut mieux mettre fin à la relation et tourner la page… et vite! ». Régler les divers détails rapidement serait donc salutaire.

Le spécialiste est d’avis que la cohabitation ne devrait pas s’étirer sur plusieurs semaines. « Parfois, il vaut mieux trouver un endroit où rester, chez un ami ou un parent, le temps de s’organiser. J’ai été témoin de plusieurs couples pourtant très respectueux, qui en sont venus à couteaux tirés. C’est qu’en demeurant avec son ex, on baigne dans une mer d’émotions. Ça demande beaucoup d’énergie pour se contrôler. Parfois, la digue ne tient pas le coup; c’est là que ça dégénère. »

Passer à l’action… dans le respect!

Image: Dreamstime

« Premièrement, on devrait toujours être conscient de nos émotions… surtout celles qui pourraient interférer dans le processus de séparation», conseille le psychologue. Les idées de vengeance, la culpabilité, la tristesse, les scènes de larmes devraient être le plus possible gardées à l’écart quand on discute avec notre ancien conjoint. Sur le bord d’un trop-plein d’émotion? On remet l’entretien avec son ex à plus tard, on va prendre l’air, on appelle un ami, on consulte son psy… il n’en tient qu’à vous de préserver l’harmonie!

En deuxième lieu, le couple devrait s’entendre dès que possible sur un plan d’action. « Avant de penser au partage des biens et aux autres procédures de séparation, on doit s’entendre sur les principes avec lesquels on va opérer. Ces principes sont souvent gage d’harmonie… si on arrive à les respecter! » prévient M. Lachance. En tête de liste donc? Le respect!

Des balises pour plus d’harmonie

Avec des enfants dans le portrait, impossible de simplement couper les ponts avec son ex. Pour Nadine, il était clair que la séparation devait être le moins traumatisant possible pour les petits, tous trois âgés de moins de six ans. « J’en avais encore pour près de deux décennies de relation avec mon ex-mari pour éduquer les enfants. Nous avions donc convenu d’avoir en tout temps des échanges adultes. » indique-t-elle.

Un des principes mis de l’avant par le couple : interdiction de se disputer devant les enfants. « Quand on a des trucs à régler, on attend qu’ils soient couchés ou on se rencontre dans un endroit public sans eux. Quand je me sens en colère, je me permets d’être sèche avec mon ex devant les enfants, mais sans plus. J’attends le moment opportun pour m’expliquer avec lui. Les enfants n’ont pas à subir nos humeurs outre mesure. »

Autre exemple? Ne jamais passer par les enfants pour envoyer des messages à l’autre. « En aucun cas, nous ne voulons que les enfants se sentent pris en otage par un des deux parents. Des phrases du genre : Tu diras à ton père/Tu feras savoir à ta mère… ça n’existe pas chez nous», précise Nadine.

Penser à soi, une valeur à prioriser

Martin, un entrepreneur dans la jeune trentaine, a vécu plusieurs relations… et donc plusieurs séparations! Ses expériences lui ont appris à être un peu égoïste lors d’une rupture. Il est d’avis qu’il faut davantage penser pour soi; quand on essaie de prévoir pour deux, c’est là que tout devient très compliqué. « J’ai appris à être davantage à l’écoute de mes besoins. Parfois, la situation a impliqué que je prenne mes distances parce que je trouvais ça pénible de garder le contact. » Il a ainsi décidé d’enlever son ex parmi ses amis sur Facebook. Puis, il lui a demandé d’arrêter de lui envoyer des courriels. « Elle a continué de m’écrire mais j’ai cessé de les lire. Elle a fini par comprendre le message! » Ces initiatives ont vraiment permis à Martin de passer à autre chose. Car après tout, la vie continue !

Lectures complémentaires :

– Couple en crise : de la désillusion à la découverte, par François Lefebvre, Éditions Fidès, 2008, 140 pages.
– La blessure d’abandon : exprimer ses émotions pour guérir, par le Dr Daniel Dufour, Éditions de l’Homme, 2007, 145 pages.

Première parution de cet article sur MSN.ca, le 7 septembre 2009. Reproduction interdite sans la permission écrite de MSN.ca (Microsoft) et Marie-Josée Richard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s