MJ au Brésil: janvier à avril 2009

MJ en rémission – désolée pour ce long silence

Mon dernier billet? Le 8 février dernier à partir de Manaus… et je parlais de Curitiba! Aujourd’hui, le calendrier indique le 16 février. Plusieurs jours ont passé. Je sais, vous mourez d’envie que je vous parle de l’Amazonie. Comment est-ce que ça s’est passé MJ?  Comment c’était, Manaus? Pourquoi tu n’as pas écrit?Premièrement : désolée pour ce long silence. Si je n’ai pas donné signe de vie… c’est que je manquais justement de vie! 🙂

Je suis arrivée fatiguée à Manaus (mercredi le 4 février 09) dû à un séjour peu reposant à Curitiba, à mes préparations de voyage et à une veillée qui a été un peu plus longue que prévue (MJ, mauvaise fille!). Après deux jours de repos, je n’allais toujours pas mieux, encore très fatiguée, indisposée. Normalement, je me remets très bien d’une période de fatigue. Très rarement, j’ai mal à la tête. C’est comme un événement spécial quand je ne me sens pas bien; je ne suis quasiment jamais malade. Hors donc, je ne sais pas pourquoi, j’étais toujours fatiguée. Fatiguée dans le sens de malade, pas d’énergie, amorphe… pas dans le sens de paresseuse. 😉

Dimanche le 8, j’ai été carrément invalide, me promenant entre la salle de bain, mon hamac (mon lit) et la cuisine (pour essayer de manger, en vain). J’avais mal au ventre (terrible), étourdissements, faiblesses dans les jambes, mal de coeur. Bref, j’ai pris du repos. Lundi, j’ai mieux « feelé », mais je n’étais pas pétante de santé. Je commençais à être inquiète. Se pourrait-il que j’ai attrapé un quelconque virus? Moi, jamais malade!!

C’est rendu au mardi, en parlant avec Manoel (le papa de la place qui a été 13 ans pharmacien), qu’on a découvert la raison de mon malaise : mes médicaments antimalaria, soit mes capsules de Malarone. Il m’a dit que c’est un médicament interdit au pays car il est trop fort. On a ensuite consulté le guide du médicament : j’avais le ¾ des effets secondaires inscrits. Plus on échangeait (eh oui seulement en portugais), plus je commençais à voir que oui, c’était eux les grands responsables d’une MJ qui fonctionnait à une fraction de ses capacités!

À la Clinique des Voyageurs St-Luc, on m’avait pourtant dit à quel point c’est un bon médicament – sans effets secondaires – mais un médicament reste un médicament : chaque personne peut réagir différemment en le prenant. Selon mes hôtes toujours : en restant à Manaus, on n’a pas à prendre de médicaments antipaludéens. C’est seulement quand on sort de la ville, autrement dit quand on va dans la jungle, qu’il serait recommandé de se protéger. Et là encore, les médicaments ne sont pas nécessaires selon eux pendant la saison des pluies (les moustiques ont du mal à se reproduire). Pour se prémunir contre les maringuins : on porte des vêtements pâles et longs, on met de la crème ou du spray antimoustiques, on dort sous un filet, on évite de sortir entre 17 et 19h et le tour est joué… on est bien protégé contre la malaria, dengue et autres maladies tropicales, sans médicament!

Ceci étant dit, j’ai arrêté mardi de prendre ma capsule journalière. Cependant, il a fallu attendre 24 heures avant que je commence à me sentir mieux (c’est surtout les maux de ventre qui étaient infernaux) : on était donc rendu au mercredi midi, soit une semaine après mon arrivée. Tout ça pour vous dire que j’ai fonctionné très au ralenti à Manaus. Ce malaise, en plus de la chaleur, l’humidité, pas d’air climatisé dans le bureau (heureusement un peu dans ma chambre), Internet qui fonctionnait mal (parfois impossible de se connecter pour quelques heures), un clavier portugais, un clavier qui allait super mal soit dit en passant (les touches ne fonctionnaient pas toujours)… ça explique pourquoi j’ai été muette comme une carpe à propos de mon séjour à Manaus.

J’ai tout de même réalisé plusieurs sorties et entrevues. Je vous en reparle. C’était trop intéressant tout ça pour garder ça sous silence : Greenpeace Brasil et la campagne Zéro Déforestation, une rencontre avec le directeur du département Environnement de la ville de Manaus, des rencontres avec des biologistes, des chimistes et un éminent chercheur sur les changements climatiques. Et puis quoi, je suis bien ici pour vous partager tout ce que j’apprends, non? J’ai bien trois reportages dans mes tiroirs sur Manaus, plus un millier de photos et vidéos (oui Vincent, j’ai plein de photos d’animaux. Oui, Stef Lalut, j’ai de belles photos de plantes). 🙂

Je vais essayer de me reprendre concernant mon blogue, maintenant à Recife dans le Nordeste. Je suis arrivée hier midi. Je suis hébergée par Karol, une journaliste travaillant en RP pour une entreprise oeuvrant dans les livres numériques. Je l’ai rencontré grâce à l’AJIQ – elle a écrit à notre asso pendant l’automne pour en savoir plus sur le métier de journaliste car elle aimerait venir travailler au Québec dans un an et quelque. Elle habite avec ses parents et sa sœur dans un très beau quartier, assez riche, le Boa Viagem. J’ai ma chambre à moi et salle de bain privée, le tout avec air climatisé! Que demander de plus? Et voici mon nouvel environnement de travail : pas mal, non? (Photo à venir).

Je pars demain matin 8h pour 4 jours sur la route avec un chercheur et son équipe pour réaliser un reportage sur la désertification, une problématique qui touche particulièrement cette région du Brésil. À mon retour, c’est le Carnaval qui prendra tout le pays d’assaut pour quelques jours. Ne vous étonnez donc pas si je ne donne pas de nouvelles avant la fin de semaine prochaine, voire un peu plus tard. Voici tout de même un peu de lecture pour vous alimenter quelque peu!

À venir sur ce blogue:  Manaus : MJ chez les Freitas / Manaus : MJ au pays des fruits  / Capsule alimentation : Poisson, riz et feijao… / Recife : MJ sur la route…

Publicités

Une réflexion sur “MJ en rémission – désolée pour ce long silence

  1. Les médicaments contre la malaria sont forts!!
    Je sais qu’il faut être prudent et que ce sont des virus assez sérieux, mais dans ces pays les remèdes sont très accèssible et courant.

    Si tu appliques les consignes pratiques anti-moustique, c’est très sécuritaire!
    Je pense sérieusement qu’il y a un gros intérêt pour l’argent dans la prescription de ces médicaments. Les compagnies pharmaceutiques utilise la peur des touristes pour nourrir leur poches!

    Je suis contente de voir que tu vas bien!

    Marie xx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s